Vision

(Ce texte est tiré d'une présentation du candidat, faite par Me Jacquenet OXILUS, Secrétaire d'Etat à la Justice suivi d'un court ajout)

Famille

La famille d'aujourd'hui est la société de demain. Présentement, elle est livrée à elle-même, ne jouissant d'aucune protection de l'Etat. L'enfance n'est pas protégée, l'adolescence non encadrée, la jeunesse non orientée et la vieillesse est pour sa part, déresponsabilisée.

Depuis 1987, un code de famille fut prévu par le constituant en vue de consolider et protéger la famille. A date, rien n'est fait pour que ce code vienne fixer les balises. Actuellement, on vend de la cigarette, de l'alcool, de la mariguana, de la drogue à nos enfants; on les exploite sexuellement au vu et au su de tout le monde; on les abuse politiquement;et culturellement, ils consomment toutes les productions audiovisuelles (musique, vidéo) et programmes mondains (ti sourit, plim tikit, latibonit pap jwe etc.), lesquels ne subissent aucun contrôle de l'Etat.

Nos familles se divisent par faute de connaissances et d’assistance de nos dirigeants, ce qui conduit nos enfants à la délinquance a la monoparentalite . Plus de promotion pour les valeurs, plus de modèle.

Pour pallier cet état de fait, l'adoption du code de la famille se fait une urgente nécessité. Son contenu prendra notamment en compte:
1. Le transfert du processus de conciliation préalable à la séparation des conjoints au ministère de la famille;
2. La prévision de la gestion préalable de l'avenir des enfants avant la séparation parentale;
3. Les abus sexuels et politiques sur les mineurs à criminaliser;
4. La prohibition de vente d’alcool, de la mariguana, de la cigarette aux mineurs;
5. L’adoption des enfants par des couples hétérosexuels à prohiber;
6. Le régime de loisirs sains pour la jeunesse à prévoir et à contrôler;
7. Un ministère de la famille à promouvoir;
8. Une législation sur bonnes vies et mœurs à envisager;
9. La création au niveau du ministère de la culture, d’une direction d'évaluation des œuvres culturellesen audiovisuel;
10. L’adoption des lois sur les médias spécialisés avec l’accompagnement obligatoire de l'Etat.

Justice

La justice est l'institution qui garantit la vie et les biens des citoyens. Elle est l'assurance de nos investisseurs. Cependant, notre justice se trouve décriée, asservie, non fonctionnelle, n'inspirant malheureusement confiance à personne.

Aussi, projetons-nous de lutter au niveau de la 50e en vue de redresser la justice, de la rendre fonctionnelle pour qu'elle soit en mesure de magnétiser la confiance de nos concitoyennes et concitoyens.

Pour ce faire, nous pensons retoucher la loi portant sur l'organisation du pouvoir judiciaire (CSPJ) afin d’en faire un pouvoir réel et indépendant. La fonction du ministère public sera donc sécurisée.

Nos policiers

Nombre de nos policiers sont tombés sur les champs de Bataille dans l’exercice de leur métier, deux (2) mois après leurs femmes et enfants sont jetés dans la rue les bras ballants ne sachant à qui se référer pour pouvoir répondre aux moindres besoins de leurs existences. Je pense que l'Etat doit prendre ses familles amputées pour le bien-être de la nation en charge. Les enfants jusqu'au premier cycle universitaire et les femmes. - leur remariage (source de taxation déjà identifiées).

Sécurité

La question de sécurité fait partie des priorités politiques majeures partout sur le territoire national. Pas d’investissement, pas de développement non plus sans sécurité. Pour combler ce vide plutôt flagrant, l'omniprésence de la police est à créer.prisons qui constituent de véritables universités de banditisme, sans correction, sans rééducation, ni de réinsertion, font partie des questions qui interpellent notre conscience citoyenne. Aujourd’hui, on va en prison pour la moindre peccadille. Ainsi, nous nous projetons de nous attaquer à cet état de fait par le vote d’un nouveau code pénal qui prévoira de peines alternatives à la prison.

Nos Commissaires du Gouvernement

Le Commissaire du Gouvernement est un personnage d’envergure dans le système judiciaire haïtien. Malheureusement les politiques vassalisent sa noble et respectable fonction. Il faut noter que la majorité des violateurs de nos lois sont des officiels et des grands bonnets de l’Etat. Nommé par l'Exécutif et fonctionnant sous la coupe réglée des pouvoirs politiques publics, le Commissaire du Gouvernement n'a jamais la chance de défendre convenablement sa société par peur de révocation. L’existence de l’Etat moderne, exige de mettre un terme à cette situation et rendre la justice accessible, équitable et indépendante. Fort de tout cela, nous produirons à la 50ème législature une proposition de loi sur la sécurisation de la fonction du ministère public.

Merci de votre accompagnement!!!

Close